Make your own free website on Tripod.com
 
     
 
[ Accueil ] [ Qui suis-je ] [ Mon projet pour notre canton ] [ Interview ] [ Les bons points du professeur Gross ] [ Communiqués ] [ Comité de soutien ] [ Calendrier ] [ Contact ]
 

Interview de Thierry Gross parue dans la revue de la Burchenschaft de Haute Alsace

Thierry Gross, vous êtes un des "Alte Herr" de notre Burchenschaft, pourriez vous vous presenter pour nos lecteurs qui ne vous connaitraient pas encore.

Je suis né en 1959 à Mulhouse dans une famille ouvrière. Après avoir obtenu mon bac au lycée Schweitzer, j'ai entrepris des études d'histoire à l'université de Mulhouse, puis à celle de Strasbourg. J'ai été professeur à l'école militaire de Strasbourg où j'ai formé un certain nombre de futurs officiers supérieurs de l'armée française, avant d'enseigner l'histoire au lycée Henner d'Altkirch depuis 1988.

Vous êtes également connu pour votre engagement politique au sein de la droite, assez déroutant au regard de votre formation...

Non, les enseignants ne sont pas tous de gauche, loin de là. En effet, j'ai été membre du Front National pour lequel j'ai été candidat, et suis devenu le bras droit de Gérard Freulet. Déçu par ce parti foncièrement jacobin, incapable de s'adapter aux défis de la construction européenne et à la montée en puissance des régions. C'est donc en toute logique que j'ai rejoint Alsace d'abord et participé à sa création.

Qu'est ce qui vous a amené à militer au sein de la droite de conviction?

Et bien ce sont justement mes convictions. Ma filiation intellectuelle se rapproche plus du tryptique Nietzsche, Sorel, Freund que de Marx, BHL, Marek Halter.

Vous êtes candidat aux élections cantonales dans le canton où vous exercez votre profession. Quelles en sont les raisons ?

Parce que j'aime le canton d'Altkirch, et que je ne souhaite pas que demain, nos filles soient obligées de porter le voile pour ne pas se faire agresser. A ce propos, permettez moi d'ajouter que notre combat contre le voile, pour emblématique qu'il soit, est dirigé avant tout contre l'immigration massive (hors Union Européenne bien sur) et l'islamisme.

La réforme constitutionnelle, dont nous ne connaissons pas encore les effets complets dans l'attente d'une loi organique confère un nombre plus grand de prérogatives aux collectivités territorales, et donc aux conseils généraux, notamment un pouvoir reglementaire. Quelle serait la première mesure que vous prendriez si vous êtes élu?

Je pense nécessaire de confier la réalisation d'un audit des politiques publiques afin d'éviter les gaspillages de l'argent du contribuable alsacien. Le niveau des impôts locaux a déjà atteint un poids suffisamment pénalisant pour l'attractivité du canton vis à vis des entreprises, et pour le porte monnaie des travailleurs.

La révision constitutionnelle transfère un certain nombre d'employés de la fonction publique d'état à la territoriale. Comptez vous appliquer une "préférence européenne" au sein des recrutements du conseil général?

On parle en effet beaucoup en ce môment de discrimination positive, je souhaiterais en effet qu'elle s'exerce, non pas comme le souhaiterait l'UMP Nicolas Sarkozy en faveur des "musulmans", mais au profit des alsaciens et européens actuellement au chomage. Charité bien ordonnée commence par soi même.

 
[ Accueil ]
Copyright © Altkirch 2004 - Site créé avec ThunderSite